Le stress

Bon stress

Le bon stress est le genre de stress que nous percevons comme positif. Cela s’applique aux situations qui exigent de nous un haut niveau de motivation, mais qui nous sont néanmoins bénéfiques dans l’ensemble.

Par exemple, la naissance d’un enfant est un événement stressant mais joyeux. Mais s’occuper de la progéniture exige aussi beaucoup de nous : les nuits blanches, les mesures parentales et une attention constante exigent des performances accrues. Un bon stress peut donc nous motiver à donner le meilleur de nous-mêmes.

 

Mauvais stress

Habituellement, après avoir “survécu au danger”, le corps diminue à nouveau le niveau de stress et nous revenons à la normale. Cependant, si un fardeau mental ou physique fait partie de la vie quotidienne, le stress peut aussi devenir un compagnon constant.

Nous vivons alors le stress comme une nuisance, voire comme une maladie. Les raisons d’une alerte permanente de notre corps peuvent être trouvées dans notre société axée sur la réalisation.

 

Le mauvais stress est malsain et pèse sur les nerfs


Voici quelques exemples de ce qui peut conduire à un mauvais stress :

  • Surcharge d’informations et accessibilité constante
  • Conflits avec le partenaire ou l’employeur
  • Pas de reconnaissance des services rendus
  • Double charge de travail et de famille
  • Continuer à travailler même à un âge avancé pour compléter votre pension

 

Les phases difficiles de la vie comme le deuil ou la séparation

La surcharge de travail due aux exigences croissantes de la vieillesse


Le corps est en position de veille constante : le cœur bat plus vite, la pression sanguine augmente et les muscles sont tendus. Si cet état dure plus longtemps, il prive le corps de sa force et de son énergie – et la situation menace de changer :

  • Une période d’alerte accrue est souvent suivie d’un état d’épuisement du plomb.

 

Des nerfs fragiles : quels sont les signes ?

Avec l’âge, il est tout à fait normal que notre mémoire nous laisse tomber de temps en temps. Cependant, ce ne sont pas seulement les processus de vieillissement qui mettent à l’épreuve les capacités de stockage de notre cerveau, mais aussi le flot d’informations en constante augmentation que nous traitons et évaluons ici.

L’enchevêtrement quotidien de tâches, d’échéances et d’autres défis prive nos nerfs de l’énergie dont ils ont amèrement besoin pour une utilisation constante. Cela se reflète également dans nos performances. Mais quels sont exactement les signes de faiblesse des nerfs et comment cela affecte-t-il votre comportement ?

 

C’est ainsi que les nerfs faibles se manifestent :

Votre capacité de mémorisation diminue : vous égarez de plus en plus souvent des verres ou des clés, vous oubliez des rendez-vous et vous vous demandez si vous avez éteint le four ou non.

Vous ne pouvez plus vous concentrer aussi bien et aussi longtemps et, par exemple, vous devez lire l’article de journal plusieurs fois pour en absorber le contenu.

Votre vitesse de réaction diminue : Dans la circulation, il vous faut plus de temps pour remarquer le passage du rouge au vert.

Vous vous sentez constamment “sur la balle” : Votre cœur bat plus vite, vos muscles sont tendus et vous ne pouvez pas penser à une bonne nuit de sommeil.

Votre comportement alimentaire change : la faiblesse des nerfs fait que certaines personnes mangent beaucoup plus, d’autres perdent l’appétit et mangent de moins en moins.


La force mentale : comment mobiliser votre force intérieure

Le stress mental et physique n’est pas rare dans la vie de tous les jours. La disponibilité constante et la satiété des stimuli via le smartphone, l’internet et la télévision mettent nos nerfs à rude épreuve tous les jours – surtout avec l’âge.

Que vous fassiez l’autruche et vous résigniez à la tension nerveuse du quotidien ou que vous releviez courageusement les défis dépend avant tout de votre force mentale.

 

Pour des nerfs solides

La force mentale signifie avant tout que vous pouvez rassembler vos forces au bon moment et surmonter les obstacles de la vie quotidienne – en accord avec notre réaction instinctive au stress. Cette capacité est constituée de différents facteurs.

La motivation, la discipline et la persévérance jouent un rôle tout aussi important que la volonté et la confiance pour atteindre nos objectifs quotidiens. Certaines personnes semblent être bénies de ces qualités simplement par la nature, mais la force mentale n’est pas dans notre berceau en soi – elle peut être formée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *